Les Sorinières. Une nouvelle intrusion de gens du voyage

La mairie déplore l’arrivée, samedi dernier, de huit nouvelles caravanes, cette fois au parc de la Filée. Les élus seront reçus demain à la préfecture.

Par Actu.fr/Normandie / Publié le 22/08/2018

Huit caravanes de gens du voyage se sont installées, samedi 23 juin, dans le parc public de la Filée. « Ils se sont introduits par l’accès pompier, depuis la route de Pont-Saint-Martin » , explique Marie-Christine Rabillé-Frontero, adjointe au maire des Sorinières, chargée de la tranquillité publique. « Ils ont pu ouvrir la barrière malgré le cadenas posé à cet endroit. » Les gens du voyage ont annoncé à la mairie vouloir s’installer là pendant un mois et demi.

Pour contester l’occupation illégale de terrains publics, la mairie va lancer une procédure en référé aujourd’hui devant le tribunal administratif.
« Ce sera à la préfète de décider si elle l’exécute ou pas. » Si ce n’est pas le cas, la mairie intentera une action judiciaire. « Ce qui nous coûte de l’argent » , rappelle l’adjointe au maire.

Conformément à ce qui était annoncé la semaine dernière, les élus des Sorinières seront reçus à la préfecture demain après-midi. La maire Christelle Scuotto, son adjointe Marie-Christine Rabillé-Frontero et le directeur général des services feront partie de la délégation.

Jeudi 21 juin, la mairie avait organisé un rassemblement pour demander l’aide de la préfecture sur ce dossier, estimant n’avoir pas suffisamment de moyens pour gérer ces occupations illégales. Depuis le mois de mars, la ville des Sorinières a comptabilisé huit tentatives d’installation de gens du voyage. Pour Christophe Sauvé, secrétaire générale de l’association départementale gens du voyage citoyens de Loire-Atlantique, cela n’a rien de neuf : « On pourrait se retrouver tous les ans à la même époque pour en parler. C’est un serpent de mer. C’est vrai qu’il y a des aires d’accueil sur la métropole mais, la preuve, elles ne sont pas suffisantes » .