Des questions, une urgence ? Appelez-nous !

03 62 578 278

RONCHIN : Sécurité renforcée à la braderie du Champ-du-Cerf, qu’en pensez-vous ?

Déviation, route barrée, sens interdit…
Panneaux et grilles signalent comme chaque année la braderie du Champ-du-Cerf. Mais depuis l’année dernière, la présence de blocs de béton à chaque entrée rappelle aux bradeuxs et aux visiteurs que la menace terroriste est toujours d’actualité. De quoi rassurer davantage les participants ?

Par La Voix Du Nord | Publié le 12/09/2017

Virginie, originaire de Lesquin, est régulièrement exposante à la braderie de Ronchin : « Les blocs de béton à l’entrée ça rassure. Mais la menace terroriste ne doit pas nous empêcher de vivre ». Du côté des visiteurs, Monique et Régis apprécient la mesure : « C’est plus sécurisant qu’avant. Le périmètre réservé à la braderie est plus difficile d’accès, on est plus enfermés ».

Patrick, originaire de Faches-Thumesnil, se montre moins enthousiaste : « C’est de la prévention, on n’est jamais en sécurité à 100 %. On a conscience du risque et on vit avec ». Nadine, son amie, estime quant à elle que les visiteurs se font plus timides : « Il n’y a pas beaucoup de monde aujourd’hui, mais c’est déjà mieux que l’année dernière. L’attentat de Nice était resté dans les mémoires et ça s’est ressenti dans la fréquentation ».

Une légère baisse de fréquentation

Xavier et Patricia, deux Ronchinois, bradent tous les ans et constatent eux aussi une baisse de fréquentation : « Il y a moins de monde depuis deux ans. Certains emplacements pour les exposants restent vides, et les visiteurs sont un peu moins nombreux. On ne sait pas trop si le climat terroriste y est pour quelque chose ».
Jacqueline, également ronchinoise et exposante, confirme ces propos mais reste malgré tout positive : « Il y a plusieurs facteurs pour l’expliquer : le temps frais, la fin de saison… » Quant au risque terroriste, elle l’assure avec le sourire : « On ne va pas s’arrêter de vivre. La braderie, je la fais tous les ans et je ne vais pas m’arrêter de sitôt ! » J. P. (CLP)