Des questions, une urgence ? Appelez-nous !

03 62 578 278

Soirée sans accroc pour le (gros) dispositif de sécurité renforcé

Blocs de bétons et effectifs de la police municipale : jeudi soir, la rue du 8 mai 1945 était totalement bouclée.

VILLENEUVE-D’ASCQ

Article de la Voix du Nord Par Vincent Billet | Publié le 14/07/2017

Soirée sans accroc pour le (gros) dispositif de sécurité renforcé

Prévention et dissuasion ont bien fonctionné, jeudi soir, autour du feu d’artifice villeneuvois. Aucun incident n’est à déplorer sur le site de la plaine Canteleu, il est vrai particulièrement bien sécurisé cette année.

Le quartier est bouclé, les rues bloquées. Plots de béton et policiers municipaux sont en place pour sécuriser les abords de la plaine Canteleu. Normal, le lieu, complexe à protéger, doit faire le plein pour le feu d’artifice, soit près de 15 000 personnes sur place. Mais comme pour le spectacle, la sécurité a vécu une soirée sans accroc.

Le service d’ordre, important aux alentours, n’y est certainement pas pour rien, épaulé par une patrouille de police en cas d’urgence. « Et le dispositif de la police municipale était très important aussi », explique-t-on chez son homologue de la nationale.

Dès la fin d’après-midi, onze policiers municipaux étaient déjà postés aux endroits clés, accompagnés par des ASVP à vélo. Voitures et curieux étaient aiguillés. Cinq heures avant l’événement, il était temps de faire le vide autour du lieu sensible. À deux heures de l’événement tant attendu, hormis quelques rares exceptions, plus aucun véhicule ne passait. Il fallait finir les derniers hectomètres à pied. La plaine Canteleu, bien protégée par quelque 500 barrières, n’était plus très loin. Restait à passer par une fouille des sacs et des palpations méticuleuses. « C’est très bien que ce soit comme ça », entendait-on sur les barrages filtrants.

Les derniers mètres effectués, on se rendait compte que chaque accès au site était gardé par un agent (60 au total appelés en renfort). La vigilance était totale : les services de secours se faufilaient dans la foule et les agents de sécurité scrutaient faits et gestes, jusqu’à examiner les poubelles et même placer les spectateurs.

À vrai dire, personne ne s’en est plaint. « C’est bien sécurisé », souriait une mère de famille. L’ambiance, familiale, était totalement décontractée sur la plaine. Les enfants pouvaient jouer, les parents les surveillant juste du coin de l’œil. Au cas où… La dissuasion semble avoir eu raison de la moindre agressivité et Queen a pu œuvrer dans le calme et le vacarme des tirs. Après tout, un feu d’artifice, c’est jouer à se faire peur, mais seulement avec ce qui détonne dans le ciel.

« Pour moi, ça a été parfait, estime Maryvonne Girard, adjointe à la sécurité. Les gens ont trouvé ça rassurant. Nous avons juste accéléré les palpations et fouilles pour que tout le monde puisse assister au feu ». L’élue peut respirer, tout s’est bien passé. Il faut dire que la Ville avait mis les moyens avec un budget sécurité de 25 000 €, soit autant que pour le feu d’artifice. Le prix de la tranquillité.