Des questions, une urgence ? Appelez-nous !

03 62 578 278

Arras : Sécurité maximale au Marché de Noël

Extrait de l'article de VDN
Par Samuel Cogez | Publié le 20/12/2016

Après l’attaque au camion à Berlin, renfort militaire et sécurité maximale au marché de Noël

Déjà important, le dispositif de sécurité autour du marché de Noël d’Arras, le plus important de la région, a été revu après l’attaque au camion qui a frappé le marché de Noël de Berlin. Une réunion à l’initiative de la mairie s’est déroulée mardi matin. François Hollande a d’ailleurs indiqué que la France connaît un « haut niveau de menace » terroriste mais a un « plan de vigilance particulièrement élevé ».

Les contrôles d’alcoolémie prévus en centre-ville mardi en début d’après-midi n’ont pas eu lieu. Et pour cause, « la priorité absolue est désormais le marché de Noël », insiste la commissaire de police Anne-Sophie Szawrowski. La patronne des policiers d’Arras précise toutefois que la police n’abandonnera pas pour autant son plan anti-hold-up et la sécurisation des centres commerciaux à l’occasion des fêtes de fin d’année.

Outre les effectifs du commissariat déjà sur le pont, des renforts départementaux de la section d’intervention seront aussi déployés.

Le dispositif de sécurité était jusqu’à présent plus allégé en semaine par rapport au week-end, au cours duquel les militaires de l’opération Sentinelle venaient appuyer des policiers déjà nombreux. Désormais, le niveau de sécurité sera aussi élevé en semaine, à la seule différence que les militaires seront absents car uniquement engagés les vendredi, samedi et dimanche, jours de forte affluence. La mairie a en effet comptabilisé jusqu’à 170 000 visiteurs lors du deuxième week-end au marché de Noël (141 000 ce week-end et plus de 200 000 la semaine dernière).

La préfecture précise que «le dispositif Sentinelle sur le marché d’Arras, initialement prévu les 23 et 24 décembre, sera également engagé les 21 et 22 décembre». En réalité, dès ce mardi soir, les militaires étaient de retour sur le marché.

Les policiers seront lourdement armés également, puisque certains auront des fusils d’assaut HK G36. Ils seront aussi plus nombreux à l’intérieur même du marché, qui compte cent trente chalets.

Blocs de béton et piétonnisation des places

Du côté de la mairie, une réunion a eu lieu ce mardi matin, en présence des police nationale et municipale.
De nouveaux blocs de béton ont été acheminés Grand-Place, en complément de ceux qui obturaient déjà certains accès. La Grand-Place va ainsi être complètement piétonnisée. La portion de route entre le square Léon-Jouhaux et la rue Sainte-Croix, qui restait accessible aux véhicules, va être fermée.

À partir de ce mardi, la place des Héros sera également fermée à la circulation, par mesure de sécurité.
Le parking de la Grand-Place sera réservé aux abonnés, avec un filtrage à l’entrée effectués par des agents et des fouilles de sacs en sortie d’escalier ou d’ascenseur.
Ces derniers jours, une rumeur totalement infondée circulait quant à l’imminence d’une attaque terroriste au marché de Noël d’Arras.
« Le risque zéro n’existe pas, nous prenons nos dispositions »
Le maire d’Arras, Frédéric Leturque, a tenu à venir superviser la sécurisation du marché par ses services ce mardi matin. « Il faut vivre avec ce contexte, l’intégrer dans ce qu’on fait, ce qu’on vit, ce qu’on organise, rappelle l’élu. On a décidé ce matin de mettre les dispositions du week-end en place tout le temps. On essaie ainsi de créer les conditions d’accès qui évitent les déplacements de véhicules potentiellement dangereux ».

L’idée d’annuler le marché de Noël n’a toutefois jamais effleuré l’esprit du maire. « Je ne suis pas dans cette démarche, répond gravement M. Leturque. Il faudrait des conditions particulières pour que la vie de la ville s’éteigne. On est dans un monde qui vit avec ce risque. Nous prenons nos dispositions pour sécuriser. Si on arrêtait tout, ce qui auraient gagné sont ceux qui veulent que le terrorisme soit vainqueur. »
Et ce n’est pas le surcoût engendré par cette application du principe de précaution qui décourage le maire. « On ne va pas se priver de mettre 5 000 ou 10 000 euros de plus en sécurité, prévient le maire. On avait déjà investi pour le Main Square festival et d’autres événements, on réutilise ces équipements. Mais le risque zéro n’existe pas, même si on essaie d’être à la hauteur de l’analyse du risque ».